la tête dans les étoiles

échanges culturels
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 « Je me suis couché dans ton corps ...

Aller en bas 
AuteurMessage
etienne
étoile
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: « Je me suis couché dans ton corps ...   Lun 19 Sep - 23:20

« Je me suis couché dans ton corps et après je l’ai pris pour une tombe »

Considérer le travail d’un artiste, écrire ou en parler.
« Je suis une mante religieuse habillée de fuchsia, j’ai de grosses lèvres, je pense au sexe. »
Reconnaître l’insuffisance des mots puis désarmer les prétentions du langage discursif jusqu’au silence ?
Pas nécessairement.

Notre souci : approcher une œuvre en évitant deux écueils de la pensée, à savoir la cohérence de l’emploi du langage ou des signes et une certaine fonction révélatrice voire corrective du réel.

« Je prends en photo les fantômes dans mon miroir, presque on peut voir mes seins »

Distinguons trois ordres indépendant : l’œuvre, le créateur, le dire.

1) L’œuvre : nous disons qu’elle est un ensemble chaotique d’éléments combinable indéfiniment.
2) Le créateur : nous affirmons qu’aucun dire ne l’atteint ni ne le saisit, il reste solitaire et indépendant du langage comme de sa création.
3) Le dire, nous soutenons qu’il ne constitue pas l’œuvre ni ne révèle ce qui crée. En d’autres termes : le langage est extérieur au réel qu’il ne fonde pas.

« Mais si je ne suis rien tout çà n’existe pas. »
Et la beauté d’une œuvre n’est absolument pas décidable : ni par la pensée ou l’histoire, ni par la critique ou le marché de l’art.
Et seul l’affect (l’émotion de beauté) est réel et constitue l’art.
Et tout énoncé sur l’art est coupé de l’œuvre et peut donc être décerné à n’importe quoi.
Et l’invention s’éveille dans l’émotion ; finalement c’est l’exaltation de la tolérance où la beauté est identiquement l’indifférence de l’œuvre d’art à l’égard de la société et la manière dont elle peut se rapporter au monde ou agir sur lui.

« Une grosse tache rouge épaisse sur le béton comme une peinture ratée. Il faut que je te déteste pour m’envoler. Tu ne sais pas la montagne et la fille qui t’attends. Tu souris comme un clown. »

Que faire alors ?
Parler ou écrire. Des mots qui viennent de l’oeuvre mais qui ne valent pas pour elle et ne l’épuisent pas.
Ecrire ce que l’on veut puisqu’il n’y a pas de sens caché à trouver ni d’originalité ou de génialité à défendre.

« J’ai écrit contre ton dos. J’ai écrit contre toi.
Méchante.
Bois du Destop. Enculé.
Si je crève on n’a qu’à dire que c’est toi.
Je ne t’écrirai plus de lettre tu ne sais pas lire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onphi.org
 
« Je me suis couché dans ton corps ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JE SUIS SORTIE DE MON CORPS de Krystel Cahanin-Caillaud
» Je suis allé dans mon jardin...
» GNNNN... Je suis plus dans le bain :/
» LA GUERRE EST DECLAREE DANS MON CORPS de Audrey Mamet (témoignage)
» HYPOTHESE -tobi/madara dans le corps de HANZO. A LIRE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la tête dans les étoiles :: Textes et Idées :: Essais-
Sauter vers: